Hachem nous a créés avec deux penchants, un bon l’autre mauvais, afin que nous ayons le libre choix de choisir

Un regard de bonté

Rav Menachem Azoulay Chlit”a, rédacteur du feuillet Breslev Or Haémouna – Jérusalem

Un regard de bonté

Hachem nous a créés avec deux penchants, un bon l’autre mauvais, afin que nous ayons le libre choix de choisir entre le bien et le mal. Toute notre vie, nous nourrissons l’ambition de devenir des gens meilleurs et l’essentiel attendu de nous est à l’égard de notre environnement proche, celui de notre maison. Car là-bas précisément s’éveillent les conflits, les colères, les tensions et au milieu de tout cela nous devons faire naître un œil bon, un regard de miséricorde sur chacun. Sur le conjoint, les enfants, les parents, les voisins, les amis…tout le monde. Ô Maître du monde! Donne-moi un cœur qui ressent la détresse du prochain et se réjouit de sa réussite! Comme Aaron qui était l’ainé et pour autant se réjouit à l’idée que son petit-frère allait diriger le peuple juif et lui inclus.

Telle est la mission de notre vie ici-bas, nous forger un œil bon. Ne jalouser personne. Nous réjouir de la réussite du prochain même si précisément dans ce domaine, nous, nous échouons. Et si tu te réjouis, à coup sûr, un jour ou l’autre, Hachem te donnera à toi aussi.

Ne nous mentons pas à nous-même! Nous tous sommes encore atteints par le mauvais œil, difficile est encore pour nous le spectacle de celui qui nous dépasse, brille là où nous sortons difficilement la tête de l’eau. Combien devons-nous pleurer devant Hachem “Papa, qu’est-ce que je fais avec mon mauvais œil! Ça y est, je ne peux plus continuer comme ça! Sauve-moi! Aide-moi à me souvenir que j’arriverai à Toi par mon chemin original et à mon rythme sans aucun rapport avec les performances de l’autre!”

Si tu regardes ton prochain avec un sourire, avec un brin d’affection, tu l’encourages, le complimentes, immédiatement, même si d’ordinaire il est quelque peu mauvais, le mal s’éclipse de lui et le voilà subitement te sourire. Tel est l’essentiel de notre mission ici-bas.

Mais tout d’abord, apprend à porter sur toi-même un regard positif, à trouver et apprécier le bien qui se trouve en toi. Car si à tes propres yeux tu ne vaux rien, il est évident que tu ne chercheras alors que le mal chez l’autre, tout simplement pour t’apaiser. Mais si tu découvres que toi aussi tu vaux et ô combien, si tu ouvres l’œil sur le point de splendeur se trouvant en toi, de cela même tu apprendras à le faire aussi à l’égard des autres et tu ne les regarderas plus d’un mauvais œil.

Même si le mauvais penchant m’a pris dans ses filets sur nombre de sujets, que les gens ne cessent de dire du mal de moi, et que je vois clairement les autres réussir mieux que moi, cela ne me permet pas pour autant, même un court instant, de penser que je suis sans valeur. Si je me dénigre, je dénigre l'”image divine” se trouvant en moi, l’âme si sainte qu’Hachem m’a donnée, je n’en ai absolument pas le droit! J’ai eu la chance de dévoiler la Présence divine même de la façon la plus infime qui soit, j’ai eu le mérite d’être l’opportunité de ce dévoilement même un seul instant, c’est rien? C’est immense!

Nous sommes tristes, insatisfaits, ce que nous voulions ne nous a pas été accordé, à lui la tuile n’est pas arrivée et à moi oui, qu’en sera-t-il de moi? Le voici qui a acheté une nouvelle maison et moi je passe tous les quelques mois de location en location… Nous nous plaignons, nous nous plaignons et oublions qu’il y a Quelqu’un qui dirige ici absolument tout. Et à chaque fois que nous faisons à nouveau la tête, nous faisons comme dire au Créateur “Ta direction du monde est à revoir!”.

Un faux regard sur la vie et la conséquence n’est autre que la colère contre Hachem. L’homme se plaint sans cesse, j’ai mal ici, j’ai mal là, il me manque ceci, il me manque cela. Qui t’a dit que tu dois recevoir cela? Peut-être as-tu été créé justement pour ne pas l’avoir? Peut-être cela te causerait dommage?

Si une personne regarde de côté, sans cesse à droite ou à gauche, il risque fort de tomber à répétition dans le mauvais œil. Car toujours trouvera-t-il qui jalouser, toujours trouvera-t-il quelque chose que d’autres ont et que lui n’a pas. Mais lorsqu’une personne regarde avec persévérance uniquement vers Hachem, alors strictement rien ne lui manque. Lorsqu’une personne regarde vers Hachem, elle regarde alors chaque juif d’un œil respectueux, car tous ne sont pas moins que Ses enfants.

Regarder l’autre avec un bon œil signifie que je peux aimer l’autre comme il est, me réjouir avec lui, trouver et apprécier le bien se dévoilant en lui, me souvenir qu’il est une création divine. C’est impossible de ne pas trouver quelque chose de bien dans une personne. Cela n’existe pas.

Ce travail de fixer son regard sur le bien d’autrui est le travail d’une vie, et doit être fait passé aux enfants, aux petits-enfants… leur apprendre à trouver le bien en strictement chacun.

Lorsque tu regardes ainsi ton prochain, il le sent dans son âme, même si tu ne lui as pas dit un mot. Et cela lui donne des forces et l’aide à surmonter ses difficultés. Car lorsque tu le regardes d’un œil qui apprécie, cela conduit ton prochain à croire en sa propre valeur et en ses forces cachées. Et si, en plus, tu lui adresses un mot encourageant, tu peux véritablement lui faire ouvrir par cela une nouvelle page de sa vie.

(Extrait du feuillet “Or Haémouna” – Chémot 5778)