Ta lettre m’est bien parvenue. Moi aussi j’ai pensé beaucoup à toi ces derniers jours et je voulais t’écrire mais

Blanchir complètement son passé en un instant (Lettre)

hatav_Yaakov_Meir_Shechter

Rav Yaacov Méïr Cheh'ter chlit"a – Communauté Breslev "Keren Or", Jérusalem.

“Même dans l’obscurité la plus sombre, se trouve là-bas habillé Hachem. Et par cette conscience là de la Présence d’Hachem au cœur même de l’obscurité, les voiles se lèvent…” (Lykutey Moharan 56§,3)
Avec l’aide d’Hachem, Jérusalem, 5732 (1973)

A l’intention de mon cher….,

Ta lettre m’est bien parvenue. Moi aussi j’ai pensé beaucoup à toi ces derniers jours et je voulais t’écrire mais je n’y suis pas parvenu du fait de mes nombreuses préoccupations. Comment va la santé du jeune bébé Néh’ama Rivka bat Haya? Qu’Hachem lui donne une longue vie!

Notre maître dit une fois (Sih’ot Haran 300§) que “tout ce qui arrive à l’homme est une épreuve pour son libre-arbitre”, et tout particulièrement en ces générations précédant la venue du Messie, sur lesquelles il est écrit dans Daniel “Ils seront triés, purifiés, passés au creuset de l’orfèvre, les mécréants feront plus encore le mal… 

et les sages comprendront” (12§,10). Tout cela pour voir qui saura garder son cœur fidèle à Hachem et à Sa Thora. Dans l’un de ses Psaumes, le Roi David dit “Lorsque je me disais que mes pieds s’apprêtent à trébucher, en Ta bonté Hachem je trouvais mon soutien” (94§,18). Notre maître enseigne que le livre entier des Psaumes fut écrit par prophétie sur chaque âme juive et les évènements de sa vie (Lykutey Moharan II, 73§). Méditons donc ces mots. Le Roi David, sage des sages, tête du Sanhédrin, n’a ni menti ni exagéré, mais y a décrit la stricte vérité du moment, de ce qu’il ressentait alors. “Mes pieds s’apprêtent à trébucher” dit le roi David, au bord ultime de la chute, tant était-il entouré de souffrances et d’épreuves de toutes parts, tant n’en voyait-il pas la fin, si oppressé au point de ressentir que ça y est, il s’apprête à tomber… tant les circonstances semblaient ne dire qu’abandon et désespoir!

Pour autant, le roi David se ressaisit au milieu du verset pour conclure ” en Ta bonté Hachem je trouvais mon soutien “, telle était la force du roi David, s’accrocher à Hachem même dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées qui soient!

Ainsi aussi, il y a parfois des circonstances terriblement difficiles, que selon la nature des choses, il semble qu’il n’y ait pas de porte d’issue, nul ne voit d’où pourrait germer une délivrance. Dans ces moments là, notre pensée tombe dans toutes sortes de désespoirs. En réalité, ces pensées ne sont que des agressions portées à la Emouna, l’obscurité qui essaie de prendre le dessus, et l’homme est alors obligé de se renforcer et de faire Hachem roi sur sa situation originale, chacun à la place et dans la situation où il se trouve.

Tel est l’essentiel de la raison pour laquelle du Ciel on fait descendre la personne dans une situation si basse, uniquement pour qu’elle fasse régner Hachem sur cette partie de la création dans laquelle elle se trouve maintenant, Le fasse régner sur tous les détails qui lui causent peine et soucis, si unique et originale soit la douleur de la situation. De cela dépend toute la réparation de la personne, de cet effort de se prendre en mains et de s’accrocher à la Emouna, s’accrocher à Hachem malgré tout et envers et contre tout.

Telle est la mission de chaque fils de Roi, fils du Roi des rois, enfant de Jacob, se sacrifier corps et âme pour proclamer la royauté d’Hachem et Son unité sur absolument toutes ses détresses. Et cela s’accomplit par la persévérance à ne pas se laisser briser par les évènements, ne pas les laisser nous faire perdre les esprits. Mais au contraire, tenir bon et s’attacher à la conscience que toutes les épreuves, quelles qu’elles soient, sont le chemin de l’ultime réparation de notre âme, sans pour autant ne cesser de prier Hachem pour que la situation change d’allure et prenne celle du meilleur.

A cet égard, le roi David dit à l’attention de chaque âme juive “Lorsque je me disais que mes pieds s’apprêtent à trébucher, en Ta bonté Hachem je trouvais mon soutien”, vient alors le moment de se renforcer et, avec bravoure et audace, contre toute attente, savoir affirmer avec clarté à notre tour “en Ta bonté Hachem je trouve mon soutien “!

Mon père m’a dit une fois au nom du Ramban que le secret de ce que nous devons nous souvenir de la sortie d’Egypte (Mitsraïm) deux fois par jour ainsi qu’à l’occasion de nombre de mitswot, c’est pour ne jamais perdre de mémoire qu’Hachem peut sortir chaque juif de ses souffrances (Metsarim) propres et originales jusqu’à l’amener à voir avec clarté et à vivre que ” en Ta bonté Hachem je trouvais mon soutien “.

….

On raconte sur le saint Baal Chem Tov que lorsqu’il se rendit à Istanbul, il vit de tels jeunes hommes avec un cœur si pur et si uni à Hachem, des véritables âmes de Tanaïm et Amoraïm. Le Baal Chem Tov dit alors que cette pureté hors du commun n’est autre que la conséquence de la grande pudeur de leurs mères. C’est le mérite de cette pudeur là qui leur fit mériter de faire venir des âmes si saintes.

Pour notre part, dans notre génération, nous avons le devoir de savoir que chacune de nos bonnes actions, chacun de nos retraits devant le mal, donnent une joie sans fin à Hachem, une satisfaction digne de celle que prodiguaient en leur temps le service du Beït Hamikdach et ses sacrifices.

Le saint Ari, il y a près de 500 ans, dit déjà en son temps que les actes juifs les plus simples faits à sa génération sont importants pour Hachem comme les grands et nombreux efforts accomplis par les saints Tanaïm dans le service d’Hachem. Et si le Ari dit ainsi sur sa génération, combien est-ce a fortiori vrai, plus et plus encore, sur les gestes juifs les plus simples faits dans la nôtre.

Yaacov Méïr Cheh’ter ben H’aya Dina     

Leave a Reply