Et si Hachem était beaucoup plus

proche de toi que tu ne l'imaginais.

Minute Emouna

(Traductions orales)

Et si Hachem était beaucoup plus

proche de toi que tu ne l'imaginais.

Minute Emouna

(Traductions orales)

Vie Juive 

Rav Nah'man Elh'adad Chlit"a

Play Video

Apprendre à dessiner

Durée:07:08

Rav Michaël David Tolédano Chlit"a

494-katan
Play Video

De savoir à voir

Durée:07:29

Rav Nah'man Elh'adad Chlit"a

Play Video

Le repas, un grand moment

Durée:07:38

Rav Gavriel Tolédano Chlit"a

Play Video

De Vaéth'anane à Tou béav

Durée:10:16

Rav Michaël David Tolédano Chlit"a

piano-1655558_640
Play Video

Entendre la mélodie

Durée:08:20

Rav Michaël Liberman Chlit"a

cornflowers-5352633_640
Play Video

Emouna (3)

Durée:05:51

Questions & Réponses 

Comment prendre des forces pour aborder la tension des Jours Redoutables (Yamim Noraïm)?

 A l’intention du Roch Yéchiva chlit’a, viennent les saints jours et je commence déjà à avoir mal à la tête. Je n’ai pas la force d’être sérieux, de prier tout Roch Hachana et Yom Kippour. Tous les ans j’attends que ces jours passent. Certes c’est la réalité, chacun passe en jugement et il faut faire le nécessaire pour que ça passe, mais moi tout cela me fait perdre ma sérénité et me rend nerveux…

Réponse:
Avec l’aide d’Hachem, Second jour de la Paracha Ekev, 13 Ménah’em Av, 5780
A l’intention de…, J’ai bien reçu ta lettre.
Les “Jours Redoutables” sont avant tout des Jours de miséricorde. Hachem montre Sa miséricorde, Il s’y tient plein d’espoir que nous réparions ce qui doit l’être et fassions Téchouva. Ce ne sont pas des jours effrayants mais des jours d’amour, des jours où tout un chacun peut arriver à Hachem.

Le saint Baal Hatanya (Lykoutey Thora Réé, 32) donne à cela une image. Lorsqu’un grand et redoutable roi siège dans son palais, il est difficile pour les simples gens d’accéder à lui. En revanche, lorsqu’il sort de son palais pour visiter les contrées de son pays, par monts et par champs, il est alors facile à chacun d’accéder à lui. Ainsi dit le Baal Hatanya, tout au long du mois d’Eloul, Hachem est à l’image de ce roi qui descend dans les champs de ses contrées, tout un chacun peut Lui parler en toute facilité, tout un chacun reçoit du Roi un sourire, qui soit-il.

Quand viennent ces grands jours, les gens perdent leurs repères parce qu’ils croient qu’il faut faire de nécessairement de grandes choses pour se rendre quitte de ces jours, jeûner, se séparer du monde… Et lorsque la personne voit qu’elle ne fait rien de tout ça, elle tombe dans la tristesse. En réalité, se rapprocher d’Hachem il n’y a rien de plus simple, il n’y a rien de plus simple que de trouver Hachem!

Notre saint maître Rabbi Nah’man dit (LM 73§): “Celui qui veut mériter de faire Téchouva, qu’il s’habitue à dire des Téhilim”

Et notre maître dévoile dans ce chapitre que la lecture des Téhilim a la force de lever toutes les sortes d’obstacles empêchant la Téchouva d’une personne: le manque de volonté, passer toutes les épreuves jusqu’à trouver sa propre porte et l’ouvrir. Ainsi nous enseigne-t-il en ces mots: “Par la lecture des Téhilim, même celui qui n’a aucun réveil vers la Téchouva se réveille à faire Téchouva et mérite aussi par les Téhilim d’arriver à sa porte et sa lettre et d’ouvrir la porte. Il en résulte donc que par les Téhilim chacun mérite de faire Téchouva”.

Ainsi veille à dire chaque jour des Téhilim. Veille aussi chaque jour à faire Hitbodédouth, t’isoler et parler à Hachem, Lui demander de te prendre en miséricorde et de te rapprocher de Lui. Il n’y a pas de mots pour décrire la grandeur de la Hitbodédouth. Notre maître dit (LM II, 25§) que “La Hitbodédouth est plus haute et plus grande que tout”. La Hitbodédouth est plus grande que tout ce qui peut être entrepris dans le service d’Hachem. Qu’une personne se fixe un moment où il quitte tout pour trouver un endroit où nul autre ne se trouve “et s’exprimer devant son Créateur, Lui adresser des arguments…Lui demander, Le supplier qu’Il le rapproche de Son service véritablement”, parler avec son cœur et demander “Maître du monde, prends-moi en miséricorde, rapproche-moi de Toi!”. “Et cette prière sera exprimée dans la langue maternelle de chacun” car dans sa langue maternelle il est plus facile d’éveiller son cœur.

Accomplis ces conduites tout au long du mois d’Eloul et tu ressentiras la proximité d’Hachem avec toi comme tu ne l’as jamais ressentie jusque-là, le goût si doux et si agréable que les Tsadikim ressentent au Gan Eden. Ta vie sera alors sans stress ni tension et tu auras plaisir à vivre les Jours Redoutables.

Kétiva véH’atima tova!

Rabbi Yoël Roth – Roch Yéchivat Breslev “Tiféret Hathora”, Williamsburg, Amérique.

 

suite
rav yoel rot
Rabbi Yoel Roth
Rosh Yeshivat Breslev Tiferes Hatorah - Williamsburg, America

As-tu une question?

Dans les mots

“כִּי אֲנִי יָדַעְתִּי כִּי גָדוֹל ה’ וַאֲדֹנֵינוּ מִכָּל אֱלֹקִים” (תְּהִלִּים קל”ה). דָּוִד הַמֶּלֶךְ עָלָיו הַשָּׁלוֹם אָמַר “כִּי אֲנִי יָדַעְתִּי”, “אֲנִי יָדַעְתִּי” דַּיְקָא, כִּי גְּדֻלַּת הַבּוֹרֵא יִתְבָּרַךְ אִי אֶפְשָׁר לוֹמַר לַחֲבֵרוֹ. וַאֲפִלּוּ לְעַצְמוֹ אִי אֶפְשָׁר לְסַפֵּר מִיּוֹם לְיוֹם, לְפִי מַה שֶּׁמַּזְרִיחַ לוֹ וּמִתְנוֹצֵץ לוֹ בְּאוֹתוֹ הַיּוֹם, אֵינוֹ יָכוֹל לְסַפֵּר לְעַצְמוֹ לְיוֹם שֵׁנִי הַזְּרִיחָה וְהַהִתְנוֹצְצוּת שֶׁל גְּדֻלַּת הַבּוֹרֵא יִתְבָּרַךְ שֶׁהָיָה לוֹ אֶתְמוֹל, וְעַל-כֵּן אָמַר: “כִּי אֲנִי יָדַעְתִּי”, “אֲנִי יָדַעְתִּי” דַּיְקָא, כִּי אִי אֶפְשָׁר לְסַפֵּר כְּלָל. וְאָמַר שֶׁמַּה שֶּׁכָּתוּב אַחֲרָיו: “כֹּל אֲשֶׁר חָפֵץ ה’ עָשָׂה בַּשָּׁמַיִם וּבָאָרֶץ” וְכוּ’ הוּא עִנְיָן אַחֵר לְגַמְרֵי וְרָחוֹק לְגַמְרֵי מִשֶּׁבַח “כִּי אֲנִי יָדַעְתִּי”, כִּי כַוָּנָתוֹ בְּאֵלּוּ הַדְּבָרִים “כִּי אֲנִי יָדַעְתִּי” אִי אֶפְשָׁר לְסַפֵּר כְּלָל, וְהוּא גָּבֹהַּ מְאֹד מְאֹד גָּבֹהַּ מֵעַל גָּבֹהַּ מַה שֶּׁאִי אֶפְשָׁר לַפֶּה לְסַפֵּר, רַק “אֲנִי יָדַעְתִּי” דַּיְקָא כַּנַּ”ל. וּכְמוֹ שֶׁכָּתוּב בַּזֹּהַר: (חֵלֶק א’ דַּף קג:): “נוֹדָע בַּשְּׁעָרִים בַּעְלָהּ – כָּל חַד לְפוּם מַה דִּמְשַׁעֵר בְּלִבֵּהּ”, כַּמְבֹאָר בְּמָקוֹם אַחֵר (לִקּוּטֵי מוֹהֲרַ”ן סִימָן ע”ב):
Sihot Haran 1§
Play Video

Durée: 10:00

Rav Nah'man Elh'adad Chlit"a

Morceaux choisis

fruit-3139068_640

Construire sa joie pas à pas (1)

A la lumière des enseignements de Rabbi Nahman de Breslev

“Il faut faire les Mitswot avec une joie si grande au point de ne vouloir pour elles aucune récompense autre que celle de recevoir d’Hachem la possibilité en retour de pouvoir faire une autre Mitswa encore, tant il se délecte de la Mitswa elle-même.”
(Lykoutey Mohar’an, 5§, Rabbi Nah’man de Breslev)

“La joie est la délivrance. Elle délivre l’âme juive de tous ses exils, quelles que soient les vagues passées dans le domaine spirituel comme matériel. C’est pourquoi, lorsque le Messie viendra, la joie se répandra dans tout le monde et s’accomplira alors le verset (Isaïe 55§): “Car vous sortirez [de l’exil] dans la joie…” car par la joie nous méritons de sortir de l’exil et de trouver force et courage au milieu de toutes les épreuves. Et c’est là aussi le fond des mots du verset (Isaïe 35§): 

“renforcez les faibles mains, donnez courage aux genoux qui croulent, dites aux cœurs impatients: “Renforcez-vous! N’ayez crainte! Voici votre D…. Il vient et vous sauvera… et les rachetés d’Hachem reviendront à Sion dans le chant, une joie éternelle sur leur tête, ils viendront jusqu’à exulter de joie et l’affliction et la tristesse prendront la fuite”, car alors tout particulièrement la joie dans toute son intensité se répandra [et sortira chacun de ses faiblesses…].

Ainsi aussi disent nos Sages (Psikta de Rav Kahana, 38§): “”Réjouir, je me réjouirai” – aux temps du Messie”, car la joie sera d’une telle puissance alors que chacun ne pourra se contenir de danser et la honte des autres ne l’arrêtera plus. Car le Messie dévoilera la Présence d’Hachem avec une telle clarté au point que chacun ressentira combien il n’est absolument rien d’autre ici-bas qu’Hachem Lui-même et combien Celui-ci est avec lui, à ses côtés.

Et il n’est pas de plus grande joie au monde que celle de savoir qu’Hachem est avec soi. Heureux celui qui attend et vivra cela.”

(La source de la joie, 1§, Rabbi Eliézer Chlomo Chik zatsa”l, élève de Rabbi Nah’man de Breslev)

suite
Maître du monde, ouvre-moi les yeux s’il Te plait par ton infinie miséricorde, et fais-moi voir par les yeux de mon esprit avec clarté combien Tu es avec moi, à mes côtés. Et même si je suis bien loin de mériter une telle chose et que les années ont passé et je n’ai pas été à la hauteur des Tes attentes, pour autant, Tu m’as appris, par l’intermédiaire de Tes Justes, que Ta miséricorde est sans fin et que Ta volonté est que nous nous appuyions sur elle quoi qu’il en soit. C’est pourquoi, Maître du monde, je t’implore de m’ouvrir les yeux et le cœur à Ta Présence et à Ta proximité de chaque instant, dans chaque circonstance, jusqu’à ce que j’en vienne à en danser de joie et à sortir ainsi de tous mes exils… Mon cher Père, aide-moi aussi s’il Te plait à faire éclore en moi cette joie intense revenant à chacune de Tes mitswot, à vivre chaque Mitswa, chaque geste répondant à Ta volonté, comme le moment le plus cher, le plus intense, le plus heureux qui soit, au point de m’en délecter jusqu’à ne vouloir rien d’autre en récompense qu’une autre Mitswa..

Découvrir le Talmud et la Loi juive

Talmud

Loi juive

A la table de Chabbat

Play Video

Résumé de la Paracha Réé

Durée:3:16

Play Video

Deux approfondissements sur Paracha Réé

Durée:03:41

Play Video

Une histoire: Un seul mot à entendre

Durée:4:41

Feuillet Hith'adchout du
Rav Gavriel Tolédano chlit"a

Préparation de la table de Chabbat - format écrit

Trouver Hachem en un geste

Question : La cérémonie de clôture de Shabbat (la Havdalla) se trouve après la sortie du Shabbat et d’habitude on la fait sur du vin. Comment devons-nous la faire après le dernier Shabbat avant le 9 Av ?

     

  • Réponse

    Shalom et bénédiction,

    Il y a ici une différence entre les Séfaradims et les Ashkénazims.

    Pour les Séfaradims, il y a plusieurs coutumes au sujet de boire du vin au début du mois de Av. Certains n’en boivent pas les 9 1ers jours de Av (sauf Shabbat), certains n’en boivent pas à partir du Samedi soir avant Ticha Béav et certains continuent à boire du vin même au début du mois de Av. Cela dit, d’après toutes les coutumes il est permis de boire, Samedi soir, le verre de vin de la Havdalla comme chaque semaine (Choulh’ane Arouh’, 551, 10).

    Chez les Ashkénazims, la coutume est de ne pas boire de vin les 9 1ers jours de Av. Par ailleurs, de prime abord, celui qui fait la Havdalla ne boira pas le vin et le donnera à boire à un enfant. On cherche, avant tout, à le donner à un enfant de moins de 9 ans (Michna Broura 551, 10, 70), et sinon de moins de 13 ans (Orh’ote Rabénou du Steïpler). Et dans tous les cas, si on n’a pas un enfant à qui le donner à boire, il sera alors permis à l’adulte qui a fait la Havdalla de boire lui-même le vin, comme il le fait chaque semaine. (Rama, 551, 10)

    Le jus de raisin a, pour tous, exactement la même loi que le vin (Michna Broura, 551, 10, 66). En revanche, la bière et les alcools sont permis pour tous et ne suivent pas l’interdiction du vin.

suite
Scroll to Top